Messages Notifications ajouts d'amis Notifications

Produits

Confiture Clémentine du Vésuve de Stéphan Perrotte

09/02/2018
Toocook http://confitures-stephanperrotte.fr/
Confiture Clémentine du Vésuve de Stéphan Perrotte

Stéphan Perrotte, Meilleur Confiturier de France en 2014 et Champion du monde de la confiture 2015.

Cette année, elle revient chez nous la Clémentine du Vésuve !

En 2017, Stéphan PERROTTE nous faisait découvrir ce magnifique produit.

Après  l’éruption du Vésuve en 79 de notre ère, des fouilles archéologiques mettent à jour des fresques et des mosaïques représentant la culture d'agrumes. On y retrouve aussi des grains de pollen fossilisés provenant de citronnier. Le bassin méditerranéen est un tremplin à la diffusion de la culture d’agrumes à travers le monde.

Paradoxalement le clémentinier fut implanté dans le 17ème siècle, utilisé au départ comme arbre d'ornement il est enfin cultivé au 19ème siècle. Issu du croisement rare entre le Citrus et la Fortunella (orange) il offre les typicités suivante :

 

·       Le cloisonnement Géographique (Vésuve/Sorrente) et sensible au changement de température

·       Décalage de la floraison à partir d'août, les premières récoltes se font donc en novembre et sont donc plus tardives que la Corse par exemple.

Ces agrumes poussent sur le bas des pentes du Vésuve, ils sont donc parfois tachetés de noir, causé par l'infiltration des cendres du Volcan.

Les terres du Vésuve sont très fertiles car quand il pleut, les cendres du volcan pénètrent dans la terre et jouent le rôle d’engrais. Les agriculteurs utilisent comme engrais naturel le compost de marc de raisin distillé en complément minéral et organique afin d’enrichir naturellement les sols et ne pas les affaiblir.

La culture oeuvrée s’appelle « coltura prosmiscua » culture associée/spécialisée signifiant qu’il s’agit d’une culture marginale et ancestrale (conservation du territoire, activité familiale, respect des sols sans irrigation et sans pollution dû au non-traitement chimique, récolte à la main)

Il faut savoir que la Campanie ne représente que 8% de la culture totale des agrumes en Italie.